• Bienvenue sur le continent de Midgard et ses cinq grandes nations. Les deux nations mères : Aosí, la nation qui règne en maître sur toutes les autres, dirigée par un Chancelier, pro-technologie, puis Boreas, son ennemie numéro 1 qui lui est en tout point antithétique et prône la magie dans son absolu. Les trois nations inférieures : Nordri, qui prend - soumise - parti pour Aosí, dirigée par un conseil de Järls, Austri, neutre et sous le joug d'une famille Impériale proche de son peuple... SUITE?
  • 1
    6
    4
    2
    5


Godspeed Raïon
Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Gardien des montagnes
Raïon Skylark
Gardien des montagnes
avatar
Bénédiction : Heddwyn
Âge du personnage : 25 ans
Profession : Gardien des montagnes
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Mai - 15:46
Raïon Skylark
Feat. Caesar Zeppeli - Jojo's Bizarre Adventure

   
Informations générales
Nom : Skylark.
   Prénom : Raïon.
   Surnom : Ray.
   Âge : 25 ans.
   Orientation sexuelle : Hétérosexuel.
   Nation : Sudri.
   Profession : Gardien des montagnes.
   Bénédiction & Don : Heddwyn, don de la vitesse.
   Explication : Raïon est béni du don divin de la vitesse. Tout son corps en est affecté, si bien que son cerveau lui aussi fonctionne à un rythme au-delà des limites physiques. Il fait preuve de réflexes imperceptibles et sa capacité d'apprentissage est décuplée. Évidemment, sa vitesse de déplacement est également inhumaine, une véritable puissance véloce qui n'est perceptible que de par les courants d'air laissés par son passage. Il peut mettre sa vitesse à profit de différentes façons mais si il en abuse, la fatigue aura raison de lui, quittes à parfois rendre son don inutilisable pendant plusieurs heures.


   
Caractère
Il n'y a pas grand chose dont Raïon ne soit pas curieux, il a toujours été partant pour découvrir de nouvelles choses. Ce qui est assez étonnant, c'est le relief entre son fasciès et son tempérament. Son expression basique peut paraitre vraiment froide mais dès qu'il se met à sourire, on se sent tout de suite rassuré quant à ses intentions. C'est un jeune homme droit, capable d'une grande compassion et un idéaliste qui accorde beaucoup de valeur et de respect à la vie qu'elle soit humaine, animale ou naturelle. Par delà ça, il n'en reste pas moins un guerrier qui a dû s'endurcir.
Les évènements qui ont changé son existence à jamais en ont fait un homme parfois distant et perdu dans ses pensées, le regard comme rivé sur le passé, passé dont il ne fait jamais mention. C'est un homme à la personnalité accueillante mais qui peut passer rapidement de la flamme réconfortante à l'éruption volcanique. Attention à ne pas le provoquer car son honnêteté ne connait pas de limites, sans parler de la violence qui sommeil au fond de lui et qui n'attend qu'un simple moment de relâchement pour prendre le dessus.
La perte d'êtres chers a laissé en lui une frustration qui serait mortelle si elle devais être lâchée sur quelqu'un. Une fureur ardente qui le consumerait et le remplirait de culpabilité.

   
Histoire
Mon nom est Raïon Skylark, et je suis l'homme le plus rapide du monde.

Cela n'a pas toujours été le cas, à une époque de ma vie, je n'étais qu'un simple mortel, heureux et bien portant, je n'étais encore qu'un enfant.

J'étais né et avais grandi à Nevan, la capitale de Boreas. Je me souviens encore de chaque détail, ses paysages paradisiaques, la sensation de sécurité dans cette majestueuse cité. J'avais toujours eu l'impression d'avoir été béni dès ma naissance pour avoir reçu une telle existence. Mais par dessus tout, je ne remercierais jamais assez les esprits de m'avoir donné une mère aussi aimante et un père aussi juste. Ils étaient mon monde, toujours à l'écoute, doux et réconfortants. Jamais ils n'avaient eu à élever la voix ou à me réprimander, j'aurais fait n'importe quoi pour les rendre fiers et cela a commencé par la volonté d'être le plus assidu possible dans mes études.

Très tôt je me suis mis à m'intéresser à ce qui m'entourait : la nature, les gens, l'histoire, la magie, tout me fascinait. Pour moi les cours n'étaient pas barbants comme pour pas mal d'autres enfants de mon age, non, moi j'avais à cœur d'apprendre et des après-midi consacrées à la lecture n'étaient pour moi pas du temps perdu.

Et puis un jour, j'ai rencontré Vaan, un garçon aussi audacieux qu'irréfléchi. Il m'a entrainé hors de mes livres, hors de la solitude pour me montrer une autre facette de la vie : la liberté. Avec lui, j'ai appris à agir par moment comme un véritable petit garçon et à laisser tomber la maturité pour simplement m'amuser. On passait tout notre temps ensemble. Je l'aidais pour tout ce qui nécessitait de la réflexion et lui était là pour moi chaque fois qu'on venait m'embêter. J'ai toujours été enfant unique mais désormais, j'avais gagné un frère.

Ce sont jusqu'à présent les souvenirs les plus heureux dont je me souvienne. Malheureusement, cela n'a pas duré et j'allais apprendre très tôt que la vie donne autant qu'elle prend. Le jour de mon douzième anniversaire a été une tragédie que j'aimerais tellement pouvoir effacer, un trauma qui m'affecte encore à l'heure actuelle.

Je rentrais chez moi après une journée banale. Vaan et moi avions passé l'après midi à faire des farces avec de l'eau, ce qui a résulté avec nos camarades qui s'y ont aussi mis. C'était l'été alors ce n'était pas si dérangeant, nos vêtements on rapidement séché après la grande bataille d'eau. A la fin des cours, nous avons comme à notre habitude fait un bout de chemin ensemble avant qu'il ne rentre chez lui. Ma maison était à quelques centaines de mètres de la sienne et il ne me fallut donc pas beaucoup de temps avant d'arriver chez moi.

Bizarrement ce soir là, la porte était entre-ouverte, quoi que, ils avaient peut-être préparé une surprise pour mon anniversaire et avaient laissé la porte ainsi afin que je la découvre de moi-même ? Ni une, ni deux, je me suis précipité à l'intérieur, un grand sourire aux lèvres...

Mon sourire ne resta pas sur mon visage très longtemps. C'est à ce moment précis que quelque chose en moi s'est brisée. Là, sur le sol de la salle familiale était étendue dans une mare de sang ma mère, le visage pâle et statique, une expression d'horreur qui resta gravée dans ma mémoire. Je suis resté figé un moment avant de me retrouver à genoux, rampant par la suite jusqu'à elle, la suppliant de se réveiller. J'ai passé un moment ainsi à pleurer avant de finalement me rendre compte que je n'était pas seule. Derrière moi une présence sombre fit son apparition, une lame encore ruisselante de sang à la main. Je n'ai pu distinguer son visage car il faisait déjà tard et que par la suite, mon père déboula en trombe, comme si il s'attendait à ce que quelque chose comme ça se produise. En y repensant, il n'a pas hésité une seule seconde ou pris le temps de réfléchir à ce qui se passait.

Il rentrait souvent tard de ses fonctions et nous apportait souvent des jolis jouets à moi et de belles fleurs pour maman, mais ce soir là, je ne l'ai même pas reconnu. Il s'est jeté sur l'agresseur de ma mère en un instant, leur affrontement dura ainsi un moment sans que l'un ou l'autre ne prenne l'avantage. Ce qui m'a étonné, ce sont les capacités au combat de mon père, lui qui occupait un poste administratif démontrait cette fois-ci la maitrise et la puissance d'un guerrier vétéran. J'étais recroquevillé près du corps de ma mère, toujours en larme et sous le choc. Ma terreur fut interrompu par le cri de mon père, trois mots qui sont resté gravés en moi depuis : " Cours, Raïon , cours ! ".

Mon corps a réagit de lui-même, tel un réflexe musculaire que j'aurais répété des milliers de fois, comme si une puissance supérieure avait prit le contrôle. Sur le moment, je n'ai pas compris ce qui m'arrivait, la seule chose dont je me souviens, c'est que la seconde après avoir entendu ces paroles, je me retrouvait debout dans la rue, tremblant encore. J’eus à peine le temps de me retourner en direction de ma demeure que j'assistais à une explosion qui mit le feu à notre foyer, m'expédia me heurter contre un mur et rameuta par la même occasion les voisins et les forces de l'ordre. Quand je revins à moi, il faisait jour et j'avais la tête pleine de bandages.

On ne m'a jamais cru... J'ai eu beau raconter tout ce que j'avais vu ce soir là, jamais personne n'a cru à cette histoire d'assassin nocturne. On a catégorisé cet évènement tragique comme un accident. Apparemment un incendie se serait déclaré et mes parents se seraient retrouvé coincé à l'intérieur. Une " chance " que moi leur fils en soit sorti vivant. Quoi qu'il en soit, j'étais seul désormais, seul et perdu. Quand le père de Vaan a appris ce qui s'était passé, il n'a pas hésité une seule seconde à m'adopter. Vaan et moi avions toujours été comme des frères, maintenant c'était officiel.

Trois ans passèrent, les premiers mois furent très durs à mesure que je m'enfermais dans mon silence. Vaan et son père faisaient de leur mieux pour essayer de m'aider, mais rien n'y faisait, seul le temps a réussi à changer la situation, le temps et un but que je m'était fixé : J'étais persuadé que l'assassin de mes parents n'était pas morts dans l'explosion, j'étais persuadé qu'il était là dehors, mais je ne pourrais jamais le retrouver en tant que simple enfant. Alors je me suis replongé dans les études en visant un jour une formation de soldat, et finalement, avec l'aide de Vaan, j'ai recommencé à m'ouvrir peu à peu. Le duo de choc était de retour, et malgré la douleur omniprésente, j'ai recommencé à sourire.

C'est à cette période que j'ai enfin compris. Après des semaines de recherche à propos de ce que j'avais fais le soir de l'incendie, j'ai fini par comprendre que c'était mon don qui m'avait sauvé. J'ai par la suite commencé à essayer d'en déterminer la nature avec l'aide de Vaan. On est passé de test en test jusqu'à ce qu'accidentellement, alors que cet idiot s'amusait à sauter sur la branche d'un arbre, celle-ci finit par craquer. A ce moment précis, je ressenti exactement la même chose que le soir de la mort de mes parents, mon corps bougea de lui même d'une vitesse fulgurante afin de rattraper mon meilleur ami.

J'étais rapide, extrêmement rapide, mais toutes ces années passées à me morfondre m'avait empêché de me rendre compte de cette bénédiction. Après ça, on a passé des après-midi et des soirées entières à cultiver mon don, et principalement à faire les idiots avec. Forcément, on avait gardé ça secret, ce qui rendait nos bêtises d'autant plus drôles.

Le temps passa, nous avions comme retrouvé le bonheur de notre enfance. C'est là qu'elle déboula dans ma vie tel un rocher tombé de Pan. Érina, la magnifique Érina, une femme à la fois belle, intelligente et attentionnée, sans parler de sa personnalité hors du commun. Au début très timide, Vaan ne pu s'empêcher comme à son habitude de m'introduire avec sa fameuse technique du " Salut, tu connais Raïon ? Non ? Ben je te présente Raïon. Il est vraiment sympa ! " , avant de s'éclipser en me laissant seul avec elle . Lui n'a jamais eu de soucis pour s'attirer l'attention de dizaines de prétendantes, alors que moi, j'étais toujours resté seul, loin des femmes et beaucoup plus près de mes bouquins, que bizarrement je lisais beaucoup plus vite depuis l'éveil de mon don. Apparemment, la vitesse n'affectait pas que mes déplacements mais aussi ma capacité d'assimilation.

Je me souviens qu'elle ne pu s'empêcher de rire devant une telle situation alors que moi j'étais rouge de honte, bafouillant des excuses inaudibles alors que je tentais de m'éloigner afin de la laisser tranquille. Elle me retint par le bras, chose qui me figea net. D'après ses dires, elle souhaitait réellement faire ma connaissance depuis un moment, mais étant elle aussi très timide, elle n’eut pas le courage de venir me déranger durant mes lectures.

Nous avons passé les semaines suivantes à nous découvrir l'un l'autre, à apprendre l'un de l'autre, ce qui a donné naissance à notre amour. Érina me comprenait réellement, elle arrivait à apaiser mon cœur blessé, elle était la présence rassurante dont j'avais désormais besoin. Elle et moi étions fais l'un pour l'autre. Nous vivions des moments heureux, mais cela n'a pas duré...

Peu de temps après, j'apprenais que Vaan souffrait d'une grave maladie de coeur depuis sa naissance et qu'il n'y avait aucune solution pour lui. Quand je l'ai appris, je lui en ai voulut de ne jamais m'en avoir parlé. Sérieusement, on avait grandi ensemble et jamais il n'y avait fait référence. Il a fini par me raconter l'origine de son affliction : une maladie hérité de sa mère, qui elle aussi en était morte. C'est vrai qu'en y repensant, jamais Vaan ne m'avait parlé de sa mère, et moi dans mon égoïsme, jamais je ne lui avait posé la question.

A l'image du moment où il est rentré dans ma vie, Vaan en est aussi parti avec le sourire. Je n'ai jamais pu m'y résoudre. J'ai passé des semaines à me renfermer sur moi, à le pleurer, à enrager contre cette vie. Elle m'avait enlevé tellement de choses, et l'amour d'Érina ne suffisait plus à apaiser ma douleur. J'ai fini par me séparer difficilement d'elle et après avoir terminé mes études, je suis parti de Nevan pour rejoindre l'armée.

J'ai été formé pendant plus de quatre ans à la maîtrise des armes, de la magie et de mon don. Je passais aussi tout mon temps libre dans les tentes dimensionnelles de Demès, à pousser mon entrainement au-delà de toutes mes limites. Mon corps en a souvent fait les frais mais il a fini par s'adapter et à se renforcer.

Après un certain temps, je me suis rendu compte que servir l'armée du royaume n'était finalement pas ma vocation. Mon but passé m'est revenue comme une certitude : je devais réparer de ma vie ce qui pouvait l'être et de ce fait, partir à la recherche de l'origine du premier drame de mon existence, car sans ça, je ne sais pas si je serais un jour capable de vivre une vie normale. Au fil des années et au travers de longues recherches, j'avais réussi à réunir des informations et d'autres à propos du bourreau de mes parents. Après avoir terminé ma formation en tant que soldat, j'ai quitté la nation qui m'avait vu naitre et grandir en direction du nord.

J'ai fini par arriver à Sudri.

Quel royaume magnifique, et Dusan, une véritable merveille architecturale. On était loin de la beauté édénique de Nevan mais c'est justement ce qui m'a plut à Sudri, le changement, la nouveauté.

J'ai malheureusement vite déchanté car contrairement à Boreas, les habitants de Sudri eux, étaient enchainés. Comment pouvait-on refuser à des êtres vivants le droit naturel accordé à chaque créature à Midgard ? Alors que je séjournais à Dusan, j'ai commencé à accumuler des informations sur les raisons de cette tyrannie. Mon investigation m'a conduit directement à l'origine de cette injustice, la reine Dawn Von Mattsen.

Dès ce moment, une rage inexplicable est née en moi. Je ne pouvais pas passer mon chemin et laisser des gens dans le besoin souffrir. Apparemment, leur souveraine n'avait que faire de leurs droits, mais vue que toute personne qui osait la contester disparaissait mystérieusement,  il n'y avait évidemment aucun réel mouvement de rébellion.

Après quelques semaines de réflexion, j'en suis venu à une conclusion des plus simples : je devais me fondre dans la masse tout en me rapprochant de sa majesté et le moyen le plus simple de le faire, était de passer par son armée.

Leur formation était elle aussi de quatre ans mais il ne m'en fallut que deux et demi pour que l'on me remarque et me propose de rejoindre les rangs des gardiens des montagnes. C'est là qu'allaient naitre les flammes de la libération de Sudri, du moins je l'espérais ardemment.

Ça y est, maintenant tu sais tout ce qu'il y a à savoir. Après avoir perdu les gens qui comptaient le plus pour moi et être à la base parti à la poursuite d'une vengeance familiale, je me retrouve maintenant projeté dans une bataille au nom d'un peuple opprimé. Mais cette bataille ne pourra pas se jouer à la lumière, pour réussir là où les autres ont échoué, je vais devoir me fondre dans la masse.

Je ne suis pas spécial, je ne suis pas unique, ma vie n'est pas un drame, bien qu'elle soit marquée de pertes. D'autres ont souffert, souffrent et souffrirons plus que moi. Mais pour ma part, j'ai été béni d'un don, et ce serait égoïste de ne pas le mettre à profit afin d'aider ceux qui ne peuvent obtenir justice.
Je ne suis pas un héros, je ne serais pas une légende, je ne cherche pas à marquer l'histoire, je cherche seulement à aider mon prochain.
Et qui sait... Peut-être qu'un jour mes actes inspireront quelqu'un.

Comme tu le sais déjà, je suis Raïon Skylark, ici débute mon histoire...

   
Particularités
Raïon ne supporte pas de tuer. Évidemment, si c'est nécessaire, il en viendra à ça mais si c'est possible de l'éviter, il fera tout son possible afin d'épargner une vie, qu'elle soit innocente ou non.

Il ne supporte pas non plus les contacts physiques alors mains baladeuses, s'abstenir.

   
Et toi, bibi, tu nous viens d'où comme ça?
Du l'autre bout de l'univers, depuis un trou noir.

Sinon, je suis un homme, mâle de sexe masculin âgé de 23 ans. Je crois que c'est tout à ce que j'ai à dire sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice - Reine de Sudri
H. Dawn Mattsen
Administratrice - Reine de Sudri
avatar
« Trop longtemps qu'j'me dégoûte, fallait bien qu't'en payes le prix » Bénédiction : Maho
Âge du personnage : 28 ans
Profession : Reine de Sudri
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Mai - 19:16
VALIDATION ♥

C'est tout bon pour moi. Tu vas mal finir, tu vas vraiment mal finir What a Face
J'ai hâte de voir comment tu vas essayer de t'en prendre à Dawn :aaa:
Amuse toi bien petit enfant

LIENS IMPORTANTS

www - listing des avatars
www - listing double-compte
www - fiche de relations
www - journal intime
www - demande de rp
www - créer votre catégorie
www - créer votre prédéfini


Spoiler:
 

MERCI. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
— V E R D A N D I :: IV. Vers l'infini et l'au-delà :: archives :: Présentations-
© V E R D A N D I - 2018 ▬ TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE EST PROHIBÉE
À proposAnnexesNationsIntriguesAide et EntraideEntre Vous et Nous
Règlement
Contexte
Crédits
FAQ
Croyances et Légendes
Le continent de Midgard
Les dons et la magie
Les jeux de Midgard
Lexique
Technologies
Aosí
Boreas
Sudri
Nordri
Austri
Vestri
À venirLa proclame
Listing avatars
Listing dons
Entraide graphique
Questions et suggestions
Devenir partenaire
Prédéfinis
Contact administration